Un hussard bleu, blanc et rouge.

On a beaucoup parlé ces derniers jours des menaces directes contre le monde de l’enseignement de la part des propagandistes de Daesh. Il y a de quoi.
J’ai reçu ce texte de Guillaume, Prof d’école dans les Alpes Maritimes. « Un texte contre la haine et contre les imbéciles… »
Je l’ai lu plusieurs fois. Il est juste formidable. Avec l’accord de Guillaume, j’ai décidé de le publier en intégralité sur le site. Une façon pour moi de le remercier. Ce texte mérite d’être diffusé très largement. L’éducation reste et restera la meilleur arme contre tous les obscurantismes.
Education
Il parait que Daesh me menace directement. Je suis enseignant, professeur des écoles, instituteur, hussard noir de la République.
Il paraît que je suis une cible. Cyrano de Bergerac disait que l’on abdique pas l’honneur d’être une cible. Selon l’Etat Islamique, la France est à genoux. Alors, je n’abdique pas et je reste debout.
Je reste debout, au portail de mon école, le matin, pour accueillir les enfants avec un sourire et un bonjour, pour saluer les parents, pour dire à sa maîtresse que Gisèle a pris ses médicaments, que Mohamed n’a pas pris son petit déjeuner, qu’Antoine n’ira pas à l’étude…

Je reste debout, à 10h, dans la cour, pour surveiller à la récréation que personne ne joue au ballon sous le préau, que la grande Ilona arrête d’embêter la petite Yasmina, pour refaire le lacet de Tarik, pour écouter Sacha me parler de son père, pour soigner Emilie qui vient de s’égratigner le genou, pour arbitrer un match de foot entre l’OM et le PSG.

Je reste debout, toute la journée, dans ma classe, pour m’assurer que Kenza est prête à travailler, pour aider Hugo avec sa dyslexie, laisser tranquille Alban qui n’a pas bien dormi, pour lire les consignes à haute voix pour tous, pour les relire à voix basse pour Kevin, pour prêter un stylo à Rayan, pour donner un exercice supplémentaire à Sarah, pour encourager Chaïma, dire à Fares d’arrêter de se balancer, pour re-relire les consignes à Kevin, pour vérifier que Lola a noté ses devoirs, que Shirley a mis ses affaires dans son cartable, pour relever Fares qui vient de se ramasser.
Je reste debout pour parler de la COP 21, des Gaulois, des Huns, de la Charte de la Laïcité, de l’égalité filles-garçons, de mixité, de fractions, de Pennac, Prévert, Picasso,
d’ «Astrapi» et de «Charlie Hebdo».
Encore debout, pour les faire réfléchir, se poser des questions, trouver des réponses, les faire travailler seul, en groupe, les faire partager, coopérer, échanger, débattre, argumenter, s’informer, s’écouter, se respecter. Toujours debout pour les aider à grandir, à s’ouvrir, à (se) découvrir, à avoir confiance en eux, à comprendre, à espérer, à essayer, à se tromper, à recommencer, à s’appliquer, à imaginer, à inventer, à créer…
Je reste debout, tard, chez moi, après ma journée d’école, pour préparer celle du lendemain, pour corriger un cahier, une fiche, un exposé, un texte libre, pour essayer à travers des projets, des échanges, de donner du sens au travail de Rayan, Lola, Kevin…
et au mien.
Je serai debout, chaque jour de ma vie, pour lutter contre l’ignorance, la bêtise, l’intolérance, la méchanceté, la violence, la lâcheté, l’indifférence, le mensonge, le racisme, la médiocrité… Si ce n’est pas la guerre, c’est un combat que nous menons, car je ne suis pas seul, nous sommes plus d’un million.
Un million d’enseignants à se tenir debout et à transmettre aux enfants de la République le respect de cette devise gravée aux frontons de nos écoles : Liberté, Egalité, Fraternité
Guillaume
Guillaume.

13 Responses

  1. Nadia Lépinoux-Chambaud dit :

    Guillaume, merci pour ce texte. Je partage…

  2. Philippe dit :

    A lire. À relire. A y penser quand on va chercher ses enfants à l’école. Pour ne pas oublier qu’il y a eu un maître ou une maîtresse qui a fait ce que l’on est et que le combat contre l’obscurantisme est un combat de tous les jours et que tous les combattants n’ont pas des fusils à la main. Merci Guillaume pour ton combat quotidien.

    • Guillaume dit :

      Merci pour ton commentaire Philippe. Il me touche beaucoup et touchera, j’en suis sûr, tous ceux qui se retrouvent dans mon témoignage.

  3. Humbert dit :

    Merci pour ce beau texte !!! je l’ai partagé.

  4. Un texte factuel et juste.
    Nous sommes trop nombreux pour que toutes ces cibles soient touchés. Toutefois ne soyons pas naïfs . Soyons vigilants et formons nous pour protéger nos élèves le plus efficacement possible en cas d’attaque. Au stade de France les terroristes ont échoués. Pas de panique. Un service d’ordre efficace. Renforçons les entrées des écoles dans le calme et avec sérénité.
    Et continuons à ouvrir nos élèves à la beauté du monde. Responsables de chacun. Même les élèves épouvantables ( il y en a ) lisez le blog de Mara Goyer d’une grande aide en ces temps difficiles.
    Bravo !

  5. Guillaume dit :

    Merci pour ton commentaire Yannick et pour la découverte du blog de Mara Goyet.

  6. Duymaz France dit :

    Ils ont été nombreux les hussards du monde de l’éducation en France, il y en a encore et il y en aura toujours… Merci à tous les enseignants connus et inconnus qui travaillent sans relâche pour éduquer et former les enfants qui sont les adultes de demain. Merci pour cette merveilleuse lettre ouverte qui nous montre combien le métier d’enseignant est un travail pour l’autre et demande beaucoup de soi. C’est une vocation. Merci à vous tous.

  7. Guillaume du Souich dit :

    Merci pour ce texte enlevé qui respire un bonheur simple et profond, un quotidien banal dont la conscience est cruciale pour répondre à une sorte d’injonction de la performance et de la violence qui forme tant de radicalité. Parler aux enfants de la COP21 c’est bien parce que les enjeux globaux conditionnent nos capacités de coopération et que les institutions internationales sont un héritage recent et précieux de l’histoire de l’humanité. Les instruire de la charte de l’ONU, de ce « Nous les peuples des Nations Unies » qui fonde son mandat, de l’acte constitutif de l’UNESCO, de l’adoption de la « culture de la paix » et de ces huit domaines en 1999 (RES/53-243) qui fait d’eux la Génération culture de Paix après 15 d’élaboration débutée avec l’adoption de la déclaration du droit des peuples à la paix. Tout cela tient debout et redore la devise de la république.

  8. DELARUE Rémy dit :

    Merci Marie-Claire, merci Guillaume,
    Je suis tout à fait d’accord avec vous et j’affirme que l’éducation laïque à l’école de la République est le seul moyen pour faire progresser l’humanité au sens large du terme! L’instruction d’un jeune commence bien entendu par ce qu’il va apprendre à l’école et dans tous les domaines…Cela commence par le respect d’autrui, respect vis à vis des adultes qu’il va rencontrer tout au long de sa vie, ses parents, ses enseignants, ses voisins, toute personne qu’il rencontrera mais aussi vis à vis des autres enfants de son âge, plus jeune ou plus vieux…Il faut qu’il apprenne l’ éducation civique, l’histoire de son pays avec les grands repères de l’histoire de France! Il faut développer en lui l’esprit de la curiosité afin qu’il s’intéresse à tout ou presque…Il n’y a pas de sujets tabous dans l’éducation d’un enfant! Il découvrira par lui-même les sujets sensibles au fur et à mesure de son apprentissage de la vie et il faut qu’il fasse la différence entre la notion du bien et celle du mal par rapport à son comportement et celui des autres! Une fois ces notions acquises, il pourra poursuivre son éducation vers le savoir; les sciences, la géographie, les langues, les règles de la langue française (grammaire et orthographe) et plus tard se spécialiser vers un domaine d’apprentissage manuel et/ou intellectuel cohérent avec le marché de l’emploi et du travail de son temps! Ses parents et ses enseignants doivent être compétents à ce stade de l’éducation du jeune pour qu’il soit orienté au mieux vers l’apprentissage le plus adéquat en fonction de ses goûts! Facile à dire et plus difficile à mettre en œuvre…Mais le succès de la réussite socio-professionnelle est à ce prix!
    Dans tout ce programme éducatif, il y a un domaine qu’il ne faut pas négliger : c’est l’éducation du corps qui passe par l’activité physique, c’est pourquoi initier un jeune à la pratique d’un sport ou jeu sportif est absolument nécessaire en fonction de l’aptitude et de la santé… »Un corps bien fait dans une tête bien pleine… » représente toujours l’idéal de l’homme civilisé!
    Lorsque la santé d’un jeune est au rendez-vous, effectivement c’est bien l’éducation qui est la première condition à l’intégration d’un homme ou d’une femme dans une société civilisée!
    Après, les croyances et/ou religions ne sont pas à rejeter au cours d’une éducation car aucune religion non déviée ne conduit à un comportement non respectueux des autres!

  9. Christophe dit :

    C’est beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This